Contact  |  Recherche  
D  |  F  |  I

Interdiction des herbicides – et maintenant ?

Lorsque les herbes poussent entre les graviers ou les dalles de pierre, on est tout proche d’avoir recours à un désherbant, appelé aussi herbicide. Or sur les routes, les chemins et les places ainsi que sur les toits et les terrasses, l'utilisation d'herbicides est formellement interdite ! La raison en est que les produits s’échappent très rapidement de ces surfaces, puis s’infiltrent dans les eaux souterraines ou se retrouvent par les canalisations dans nos lacs, rivières et ruisseaux. De là, ils peuvent menacer les plantes et les animaux, voire se retrouver dans l'eau potable.

  • Un robuste balai permet d’y parer : un balayage régulier élimine l’humus et les graines, et empêche la germination des herbes. L’arrachage reste la méthode la plus efficace !
  • Contre les mauvaises herbes, est préconisé également l’arrosage avec de l'eau enrichie de gros sel (environ 5–10 pour cent) qui déssèche. Vous pouvez saupoudrer le sel directement sur celles qui poussent dans les joints.
  • Les résidus d'herbicides sont des déchets spéciaux et doivent être rapportés au point de vente ou au point de collecte local. Votre commune vous informe sur la date et le lieu de collecte des déchets dangereux.

Beaucoup d'autres conseils utiles peuvent être trouvés dans la fiche « Interdiction des herbicides ».






Conseil

Un bon moyen de lutter préventivement contre les plantes indésirables, autour des massifs et sur les bordures, est donc d'y planter des espèces dites « couvre-sol »: aspérule, alchemille, lamier, lierre, pulmonaire, millepertuis, marjolaine, origan ...